Arts & Entertainment Movies News

Peur ou pas peur ? Notre critique

Notre avis





6


10



Malgré une séquence d’ouverture percutante, ce Conjuring 3 se révèle être le plus faible des trois films. N’est pas James Wan qui veut !

Conjuring 3 : sous l emprise du diable

 

Exit James Wan. Pour ce troisième film, le réalisateur a préféré laisser sa place derrière la caméra afin de se concentrer sur Aquaman 2 et sur son nouveau film d’horreur encore mystérieux Malicious

 

L’histoire de Conjuring 3 Sous L’Emprise du Diable est une nouvelle fois inspirée par les enquêtes des époux Warren. En 1981, un jeune homme accusé de meurtre prétend avoir été possédé par le démon. Lorraine et Ed Warren vont enquêter et chercher à prouver son innocence. Face à la justice, le jeune homme plaide pour la possession démoniaque. Une première dans l’histoire des Etats-Unis. Le fait divers de départ est réellement terrifiant.

 

Conjuring 3 : sous l emprise du diable

 

Michael Chaves (La malédiction de la dame blanche) a la lourde tâche de succéder à James Wan. S’il est indéniablement passionné par le cinéma d’horreur, il ne possède néanmoins pas les qualités de metteur en scène du créateur de Conjuring et Insidious.

 

Et Conjuring 3 s’en ressent. Malgré une longue séquence d’ouverture en hommage à l’Exorciste plus que réussie et quelques séquences intenses (la scène du lit qui rappelle Le cauchemar de Freddy ou encore la scène de possession désarticulée), Sous l’emprise du diable a du mal à tutoyer la puissance des deux précédents films faute à une mise en scène certes appliquée mais moins inventive.

 

Conjuring 3 : sous l emprise du diable

 

Il y a aussi comme une impression de déjà-vu dans cet épisode.

 

En optant pour une enquête plus terre à terre à base de sorcellerie et de satanisme au lieu du surnaturel pur des Dossiers Warren et du Cas Enfield, Conjuring 3 n’est pas le shoot d’adrénaline que l’on espérait. Cette suite ne parvient pas à imposer de nouveaux mythes horrifiques comme ont pu le faire les précèdents films avec la Nonne, Annabelle, ou le Crooked Man.

 

On regrettera aussi que Conjuring 3 ne s’aventure jamais sur le terrain du film procèdurier alors que les Warren avaient été accusés de surmédiatiser le procès d’Arne Johnson, dans le but de récolter le plus d’argent possible. Michael Chaves préfère uniquement s’intéresser à l’enquête policière.

 

Reste une série B efficace, emmenée par le duo Vera Farmiga/Patrick WIlson, mais qui manque sincèrement de panache. Or on attend plus qu’un film Conjuring.

 

 

 

Conjuring 3 : sous l emprise du diable

 

Conjuring 3 : sous l emprise du diable


L’actualité des Series TV 2019

Leave a Comment